Des témoignages

Avec l’apparition des réseaux sociaux, la multiplication des sources d’information, les syndrômes d’hyper-connexion, la crise du Covid19… de nouveaux facteurs d’épuisement apparaissent régulièrement, accentuant ainsi le risque que nous encourons.

On pense par exemple aux exigences toujours plus grandes auxquelles nous devons faire face dans nos différents milieux, personnel, professionnel, associatif… (les innombrables cas de burn out recensés chez les soignant.e.s suite à la crise sanitaire en sont une triste illustration). On peut aussi citer les pratiques de harcèlement en ligne (cyber-harcèlement) dont les militant.e.s sont la cible dans le cadre de leurs actions.

De nombreux témoignages illustrent ce phénomène :

  • découvrir cet article de Socialter qui montre, entre autres, que l’épuisement dans les milieux militants et associatifs ne date pas d’hier
  • lire cet article de Slate.fr sur l’épuisement des militantes féministes
  • en savoir plus sur le stress vicariant (ou traumatisme par procuration) dans cet article de Vice « Militer sur Instagram : le double impact sur la santé mentale »
  • écouter ce podcast dans lequel une salarié.e partage son expérience du burn out