Des signes qui alertent

Des signes qui alertent chez soi
(liste non exhaustive / ces signes sont différents chez chacun.e)

o La perte d’envie
o L’irritabilité
o Le désespoir
o L’isolement
o Le cynisme
o La perte du plaisir à participer à des activités appréciées auparavant
o La difficulté à prendre des décisions
o Des difficultés voire l’incapacité à rester concentré.e
o Des troubles du sommeil
o Un changement important des habitudes alimentaires
o Une perte ou une prise de poids plus ou moins rapide
o De la difficulté à se lever
o Des troubles physiques plus ou moins graves (de la simple fatigue jusqu’aux maladies chroniques)
o L’abus de certaines substances (alcool, somnifères, anxiolytiques, drogues) etc…
o Un usage excessif des réseaux sociaux et du numérique : hyperconnexion, cyberdépendance, nomophobie (angoisse d’être privé.e de son téléphone portable) etc…
Plus de précisions ici

Des signes qui alertent dans un groupe (associatif, militant etc…)

o Un investissement avec une urgence permanente : Je peux toujours faire plus / Mon engagement est important / Mon travail a de fortes répercussions / Je ne peux pas remettre à demain mes actions etc… »
o Des périodes de pause, de vacances trop courtes voire absentes
o L’absence de cadre, l’absence de repères dans le groupe (qui fait quoi ? comment on s’organise ? comment on communique etc…)
o La culture du sacrifice, une « héroïsation » de l’engagement : Je donne tout jusqu’à m’épuiser mais les autres en bénéficieront
o Des rapports de pouvoirs et des oppressions non pris.es en compte au sein du groupe
o Un « turn-over » (départs, démissions) important parmi les membres du groupe
o Des tensions et conflits invisibilisés et/ou non pris en compte
o Des pratiques menant à l’hyperconnexion et créant de l’infobésité (« réunionite », multiplication des mails, des appels téléphoniques, des canaux de messagerie, etc…)