Des pistes pour soi

Évaluer son état d’épuisement :
Attention : ces outils sont là pour t’aider à évaluer ton état d’épuisement; leur résultat ne remplace en aucun cas un diagnostic médical. Mais ça pourra te donner des indications sur ton besoin de soutien, éventuellement un besoin d’aide médicale et/ou de suivi thérapeutique.

o Questionnaire CBI (Copenhagen Burnout Inventory)
o Questionnaire MBI (Maslach Burnout Inventory)
o Test TUC (Test d’Usure de Compassion)

Réagir :
Selon la situation et notre état personnel, différentes mesures peuvent nous aider à limiter ou même à prévenir notre épuisement.
Parmi les propositions ci-dessous, choisis celles qui te conviennent le mieux, elles ne sont pas présentées par ordre d’importance ni avec la volonté de standardiser ce qui nous permet de prendre soin de nous. N’oublie pas que tu es le/la mieux placé.e pour savoir ce qui réellement te ressource. Si tu t’en sens capable et que tu en as la possibilité, n’hésite pas à demander du soutien.

o Apprends à dire non et essaie de ne pas culpabiliser lorsque tu le fais / Pareillement essaie de ne pas faire de reproches à ceux et celles qui, autour de toi, te disent non pour se préserver.
o Choisis tes engagements, participe à moins de projets/activités mais en les faisant mieux et avec plus de plaisir (il est rare qu’on arrive à réaliser tous les projets qu’on souhaite en même temps).
o Utilise tes talents pour mettre en valeur tes activités et ainsi les réaliser avec plus de plaisir et d’efficacité.
o Fais appel à ta créativité, laisse lui de la place, au travail et ailleurs.
o Priorise tes activités en faisant, si possible, celles qui comptent le plus pour toi en premier.
o Sois conscient.e qu’il n’est pas possible de tout contrôler autour de toi, réfléchis à tes limites.
o Célèbre tes réussites personnelles, militantes, professionnelles… Réjouis t’en, individuellement et collectivement.
o Garde des relations saines, amicales et profondes avec d’autres personnes, et trouve des espaces de soutien (associatif, militant ou autres) dans lesquels tu peux partager en confiance tes ressentis et tes difficultés.
o Essaie de prendre du recul, d’accepter que les changements pour lesquels nous nous battons prennent du temps (toute une vie et parfois plus).
o Évite les jugements et la dévalorisation : les échecs, personnels et collectifs, font partie de toute expérience de vie et notamment de la vie d’un groupe.
o Ne rejette pas les sentiments de tristesse et de désespoir mais reste attentif.ive à la place qu’ils prennent dans ta vie.
o Sois attentif.ive et réceptif.ive à tout ce qui te procure du plaisir.
o Ris, détends-toi, garde du recul et le sens de l’humour.
o Prends soin de toi physiquement et émotionnellement : par exemple en passant du temps dans la nature pour te débarrasser du stress, en cultivant ta spiritualité grâce à des séances d’exercice, de relaxation, de méditation (ou toute autre activité qui t’apporte du bien-être).
o Observe les autres groupes et apprends de leurs pratiques.
o Accepte de te faire aider : les cas les plus avancés d’épuisement peuvent nécessiter la participation à des ateliers sur l’épuisement ou encore de suivre une thérapie.